Galaxy Quest, réalisé par Dean Parisot et sorti en 1999, est une comédie de science-fiction qui parodie habilement les séries télévisées de science-fiction des années 70 et 80, notamment « Star Trek ». Le film réunit un casting exceptionnel avec Tim Allen dans le rôle du capitaine Jason Nesmith, Sigourney Weaver en Gwen DeMarco, Alan Rickman en Alexander Dane, Tony Shalhoub en Fred Kwan, et Sam Rockwell en Guy Fleegman. Galaxy Quest raconte l’histoire des acteurs d’une série télévisée de science-fiction désormais annulée, qui se retrouvent impliqués dans une véritable aventure spatiale lorsque des extraterrestres, croyant que leurs exploits télévisés sont réels, viennent chercher leur aide pour vaincre un tyran intergalactique.

Galaxy Quest : le film de science-fiction et d'humour.

D’une série télé à un voyage dans l’espace

L’histoire débute avec les anciens acteurs de la série Galaxy Quest, qui parcourent les conventions de fans pour subsister, bien loin de leurs jours de gloire. Jason Nesmith, le charismatique, mais égocentrique capitaine de l’émission, se plaît à revivre ces moments, au grand dam de ses collègues, notamment Alexander Dane, qui est fatigué de son rôle stéréotypé de l’extraterrestre Dr. Lazarus.

Le quotidien morose de ces acteurs change du tout au tout lorsque des extraterrestres appelés les Thermians, menés par Mathesar (Enrico Colantoni), apparaissent. Les Thermians ont intercepté les émissions de Galaxy Quest et, ne comprenant pas le concept de la fiction, pensent que les acteurs sont de véritables héros de l’espace. Ils implorent l’aide de Jason et de son équipe pour sauver leur peuple d’un redoutable tyran, Sarris (Robin Sachs).

D’abord sceptiques et croyant à une farce élaborée, les acteurs acceptent par ennui et curiosité. Cependant, ils réalisent vite la gravité de la situation lorsqu’ils se retrouvent à bord d’un vaisseau spatial authentique, construit à l’image de leur plateau de tournage, mais pleinement fonctionnel. Ils sont confrontés à des enjeux réels et doivent apprendre à devenir les héros qu’ils ont incarnés à l’écran pour de vrai.

Les Thermians dans Galaxy Quest.

Une parodie de tous les clichés de science-fiction

Galaxy Quest explore de manière intelligente et comique les thèmes de l’identité, de la célébrité et de la rédemption. Le film montre comment les acteurs, autrefois éclipsés par leurs personnages fictifs, doivent faire face à leurs insécurités et à leur sentiment d’inefficacité pour devenir les véritables héros qu’ils ont prétendu être. Cela représente une quête pour retrouver la confiance en soi et la dignité.

L’élément de la fiction devenant réalité est central dans Galaxy Quest. Les Thermians, en croyant aveuglément en l’authenticité de la série, deviennent un miroir de la foi et de l’innocence, contrastant avec le cynisme des acteurs. Cette croyance pure inspire les acteurs à se surpasser, soulignant le pouvoir de l’espoir et de l’inspiration mutuelle entre les fans et leurs idoles.

Le film se moque également des conventions de la science-fiction et des séries télévisées, tout en les célébrant. Les personnages stéréotypés, les gadgets farfelus et les situations impossibles deviennent des éléments comiques, mais sont traités avec une affection qui montre un profond respect pour le genre. Cette double perspective permet au film de critiquer et d’honorer simultanément les œuvres qu’il parodie. Une approche qui n’est pas sans rappeler celle du long métrage Le Guide du Voyageur Galactique de Garth Jennings.

Sigourney Weaver en blonde dans Galaxy Quest.

Galaxy Quest : un film pour les initiés ?

Galaxy Quest est une véritable pépite de comédie de science-fiction qui réussit à combiner humour, aventure et une touche de réflexion sur la nature de la célébrité et du fandom. La performance de Tim Allen en tant que Jason Nesmith est à la fois hilarante et touchante, offrant un arc de rédemption satisfaisant pour un personnage initialement superficiel. Sigourney Weaver, connue pour ses rôles sérieux dans Alien, brille ici dans un rôle comique qui parodie intelligemment les rôles de femmes souvent reléguées à des fonctions décoratives dans les séries de l’époque.

Alan Rickman, en particulier, apporte une profondeur et une gravité comique à son personnage, Alexander Dane, qui lutte avec son image d’acteur shakespearien coincé dans un rôle de science-fiction. Son arc narratif, allant du mépris total pour son rôle à une acceptation héroïque, est l’un des points forts du film. Tony Shalhoub et Sam Rockwell ajoutent également des performances mémorables, rendant chaque scène vivante et pleine de surprises.

Le seul défaut mineur du film pourrait être que certaines blagues ou références pourraient ne pas résonner aussi fortement avec ceux qui ne sont pas familiers avec les tropes de la science-fiction télévisuelle. Cependant, même sans cette connaissance, le film reste extrêmement divertissant grâce à son humour universel et à ses personnages attachants.

Le casting de Galaxy Quest.

Le plus gros point positif de Galaxy Quest est sans doute sa capacité à combiner une parodie affectueuse avec une véritable aventure de science-fiction. Ce film réussit à être à la fois une comédie hilarante et une histoire inspirante de rédemption et de bravoure. Pour moi, ce qui se démarque le plus, c’est la façon dont il parvient à transformer des acteurs ratés en véritables héros, tout en rendant un hommage sincère aux fans et au genre de la science-fiction. Galaxy Quest laisse une impression durable en montrant que même les héros les plus improbables peuvent accomplir des exploits extraordinaires, tout en nous faisant rire du début à la fin.