Ecrire
25 octobre 2020

Comment je suis devenu rédacteur web

Par Jiti

Travailler sur Internet

J’ai découvert le web vers 1998. Avec mon premier salaire, je m’étais offert mon premier PC et ma première connexion Internet. Autant dire que c’était un secteur qui m’intéressait particulièrement et, déjà à l’époque, j’avais compris qu’il s’agissait là d’une révolution qui allait changer notre société. Si au début, le web n’intéressait qu’une poignée de geeks qui échangeaient sur Star Wars via Usenet, rapidement le potentiel commercial de cet nouvel espace de communication est vite devenu une évidence pour beaucoup. Une époque où les investisseurs mettaient de l’argent sur la table pour tout et n’importe quoi. Une bulle qui finira par éclater quelques années plus tard.

Dès mon plus jeune âge, l’informatique était une évidence mais il aura fallu que je me confronte à un système scolaire qui n’était pas encore tout à fait prêt et qui n’avait pas forcément conscience de la transformation qui était en train de s’opérer. C’est sûrement pour cette raison que j’avais acheté mon premier PC pour apprendre par moi-même. En quelques mois, je publiais mes premiers sites perso sur Multimania. S’ils n’avaient pas grand intérêt, au moins j’étais dans la capacité de produire des contenus sur ce nouveau média.

Business is business

En quelques années et avec la démocratisation d’Internet dans la plupart des foyers, il était évident qu’il était possible de gagner de l’argent de cette manière. A l’époque, on nous offrait 300€ pour placer une bannière sur son site alors que l’on n’avait pas d’outils d’analyse de trafic, si ce n’est de pauvres compteurs que l’on affichait fièrement. La situation a vite évolué car de nouveaux outils de mesures sont apparus petit à petit. On savait mieux quelle valeur avait la publicité sur le web. Les annonceurs découvraient alors un espace très bon marché et tout aussi efficace que les autres médias qui pouvaient être très onéreux.

Je suis passé par pas mal d’étapes, que ce soit la publicité sur mes sites ou la vente de sonneries pour téléphones mobiles, les opportunités ne manquaient pas. Toutefois pour arriver à ses fins, il fallait produire des contenus qui attireraient les Internautes. J’ai vite compris que l’information pertinente était essentielle et que les services que l’on pouvait offrir étaient le meilleur moyen d’attirer les curieux. Je ne compte plus le nombre de projets que j’ai essayé de lancer durant cette période, si j’en ai retenu quelques uns, il faut bien avouer que les idées ne manquaient pas. Tout restait à inventer.

De webmaster à rédacteur

Faire des sites était une chose, il fallait aussi les alimenter. Si j’ai commencé par publier des petites actualités, avec le temps, l’importance de la qualité des contenus s’est faite ressentir. Il fallait donner le plus d’informations possibles et ce qui drainait du trafic à une époque, s’est vite transformé en « contenus pauvres ». C’est là où il fallu se retrousser les manches et aller plus loin dans la rédaction. Comme beaucoup, j’ai commencé à bloguer des articles qui n’excédaient rarement que les 300 mots puis, les années passant, les visiteurs voulaient de plus en plus d’informations. Aujourd’hui, on estime qu’un bon article doit proposer entre 1000 et 1500 mots. Autant dire que cela demande maintenant une certaine expertise.

Finalement mes compétences se sont adaptées à la demande et j’ai évolué en même temps que le web. Une chance assez incroyable d’avoir pu grandir en même temps que ce média. Le fait d’avoir tout appris seul m’a aussi permis d’avoir une excellente compréhension du fonctionnement du web et, plus tard, des moteurs de recherche. Quand on est webmaster, le sujet du référencement arrive rapidement sur la table. Comme beaucoup, j’ai fait mes premières armes sur le forum de WebRankInfo où j’y ai appris énormément de choses. Une période très intéressante car on ne savait rien des algorithmes. Encore aujourd’hui, c’est une mine d’informations sur le sujet.

Parce que les contenus ont pris une place centrale sur le web, le fait de devoir rédiger des articles plus pertinents et optimisés est une chose qui est venue comme une évidence. Le meilleur moyen d’attirer des gens sur son site, c’est encore d’avoir quelque chose d’intéressant à leur proposer. Ca semble logique aujourd’hui mais au début du web, beaucoup de ces notions n’étaient pas forcément très claires. Difficile, de nos jours, de lancer un site sans qu’il propose des articles pertinents avec une réelle valeur ajoutée. C’est de cette manière que, petit à petit, je suis passé du webmaster bidouilleur à rédacteur web.

Content first

A mes débuts, je passais effectivement beaucoup de temps à mettre en place des sites, créer le design et tenter de le référencer. Aujourd’hui, je n’ai plus exactement la même approche. Si j’ai les capacités de faire toutes ces choses, j’ai tendance à m’orienter vers les CMS (WordPress notamment) et d’aller chercher des thèmes premium. Car ce qui compte le plus aujourd’hui, c’est ce que l’on a à offrir aux Internautes. Ecrire est donc naturellement devenu mon activité principale, cette dernière décennie. Les outils de créations sont nombreux et on peut désormais se concentrer sur ce qui est important : le contenu.

J’imagine que mon parcours ressemble à beaucoup à celui d’autres acteurs du web mais ces expériences ont été très riches et m’offrent, aujourd’hui, une réelle compréhension des différents changements qui peuvent s’opérer sur la toile. Je me rends compte que le fait d’être autodidacte a beaucoup participé à ma culture web et cette « passion » que je tente de vendre ici a du sens. Il est toujours bon de se souvenir d’où l’on vient tout en gardant les yeux rivés vers l’avenir.

Le web est plus ou moins maitrisé maintenant et les métiers clairement définis. Chacun y va de sa spécialisation et ça n’est pas plus mal. Pour moi, écrire a toujours été mon activité favorite et si maintenir des sites reste un bon passe-temps, il ne fait aucun doute que le métier de rédacteur web est encore ce qui me passionne le plus tant la diversité des sujets que l’on peut aborder est excitante. Apprendre en travaillant, quoi de mieux ?